The Regiment : les SAS font plier Rommel et les nazis en Libye

Le premier livre paru l’an dernier nous avait beaucoup impressionné. Dans ce livre 2, on retrouve avec le même bonheur Vincent Brugeas et Thomas Legrain et leurs héros à la manœuvre.

Après des débuts chaotiques et incertains, la bande de SAS réunis par Stirling entreprend de nouvelles actions et les premiers succès sont là, les difficultés aussi. Les premiers doutes assaillent les hommes. Les missions se succèdent, les caractères des uns et des autres s’affrontent, mettant en danger l’existence même du régiment. Jusqu’au moment où les premiers morts viennent obscurcir les cœurs de ces hommes pourtant endurcis.

Thomas Legrain s’affirme comme un des grands dessinateurs du moment, son trait est direct, sans effets inutiles. Les couleurs d’Elvire de Cock installent une ambiance et des lumières qui font d’elle une réelle co-auteure de la série. Enfin, Vincent Brugeas montre sa maitrise à débrouiller des récits historiques touffus, son aisance à construire des personnages complexes tout en menant un récit romanesque très prenant.

A noter, car c’est rare dans ce type de bande dessinée, que les auteurs se paient le luxe de nous livrer d’incroyables planches totalement muettes qui enveloppent le récit avec efficacité. Ce deuxième volume est une très grande réussite.


The Regiment, livre 2. Vincent Brugeas. (scénario). Thomas Legrain (dessin). Elvire de Cock (couleurs). Le Lombard. 56 pages. 14,45 €

Les 10 premières planches :

Top