Ghetto

VarsoviecouvD’octobre 1939 au printemps 1943, l’historien juif polonais Emanuel Ringelblum, à la tête du collectif Oyneg Shabbes (« Joie du Shabbat »), fait le choix de résister à la barbarie nazie en archivant in situ tous les témoignages sur la vie dans le ghetto de Varsovie. Ces 27 000 pages, retrouvées entre 1946 et 1950, sont désormais classées au patrimoine mondial de l’UNESCO. Elles ont inspiré Didier Zuili qui, dans Varsovie, Varsovie, prolonge le travail de mémoire engagé par Ringelblum. Puissance de l’évocation, éloge de la transmission : quand le 9e art s’empare de l’inexprimable*. (suite…)

avr 25, 2017