Ce document a été créé et certifié chez IGS-CP, Charente (16)

Raconter la Guerre d’Algérie en un seul volume de bande dessinée, le pari tenté par les Editions du Seuil avec Benjamin Stora au scénario et Sébastien Vassant au dessin, est une vraie réussite. Le propos conduit par l’historien est clair, les points important de cette guerre sont tous abordés sans faux semblants, si bien que le conflit algérien devient, dans ses grandes lignes, relativement simple à comprendre.

Clairement destiné à un public jeune ou de professeurs d’Histoire, les visées pédagogiques du projet n’empiètent pas sur l’objet final. Le lecteur est autant dans une bande dessinée que dans un livre d’Histoire illustré. La structure générale de l’ouvrage doit beaucoup au précédent album de Sébastien Vassant Juger Pétain, paru en 2015 aux éditions Glénat. Conçu à la manière d’un documentaire, Histoire dessinée de la guerre d’Algérie suit le fil chronologique des événements mais y insère des extraits de l’émission 5 colonnes à la une du début des années 60, des interviews que Benjamin Stora a mené pour d’autres projets ou des citations d’acteurs du conflit, le tout redessiné par Sébastien Vassant dans un style semi-réaliste. Tout en venant rythmer et donner chair au récit, cet ajout donne du corps à l’histoire, il la fait vivre grâce à ceux qui l’ont vécue. Le chemin didactique que les auteurs, et probablement l’éditeur, ont choisi de suivre a conduit aussi à une grande attention quand il s’agit d’expliquer les moments clés du conflit. Plutôt que de se lancer dans une explication presque impossible à dessiner, Stora et Vassant arrêtent la narration et annoncent comme s’ils inséraient des fiches : les Pieds noirs, les accords d’Évian, les SAS, les Paras ou la torture. On pourra toujours dire que l’exposition de ces problèmes est « plus complexe que ça » et qu’il manque des détails, mais l’essentiel est là et celui qui veut en savoir plus, voit s’ouvrir des pistes de réflexion.

Même chose pour la gigantesque galerie de personnages qui peuple les huit années du conflit. Celui qui connait un peu ces événements s’y retrouve facilement et situe les uns et les autres, métropolitains, Français d’Algérie ou Algériens. Si les auteurs avaient dû reprendre la biographie de chacun, il aurait fallu un volume ou deux de plus. Ils ont fait le choix de la légèreté, en racontant en peu de phrases qui faisait quoi. Cette concision gêne au début de la lecture tant ces hommes et ces quelques femmes sont là car leur histoire antérieure au conflit les y a conduit, mais très vite le lecteur s’habitue et celui qui veut en savoir plus peut ouvrir d’autres livres plus complets. Donner envie d’en savoir plus est une des forces de cet album déjà copieux.

Le dessin de Sébastien Vassant est bien connu des amateurs de bande dessinée historique. Il parvient à se couler sans peine dans le scénario de Benjamin Stora. Il passe du faussement naïf à des portraits ou des scènes très expressives, sans tomber dans le lieu commun. Ce dessin laisse le lecteur à la bonne distance du propos et bien souvent, il vient faciliter la compréhension du propos historique. Certains événements assez touffus, comme la journée des tomates ou les journées de Philippeville, deviennent limpides en quelques cases. Cette faculté a résumer très vite en dessin des explications complexes faisait déjà l’intérêt de Juger Pétain.

Dans ces 190 pages, le connaisseur de la Guerre d’Algérie ne va rien apprendre de nouveau. Il va en revanche découvrir que si la mémoire autour de cette guerre est encore vive, il y a des moyens riches pour la transmettre de façon équilibrée. Celui qui cherche à se documenter sur ces huit années terribles doit commencer par cet album. C’est le meilleur moyen d’y accéder directement, simplement, avec tout le sérieux d’un travail historique rigoureux.

Histoire dessinée de la Guerre d’Algérie. Benjamin Stora (scénario). Sébastien Vassant (dessin). Seuil. 192 paes. 24 €

Les 13 premières pages :

 

Related Articles